Sahara Occidental : premiers pourparlers entre le Front Polisario et le Maroc les 4 et 5 décembre à Genève -

04.10.2018 10:28

NEW YORK- L’émissaire de l’ONU, Horst Kohler, a convié vendredi le Front Polisario pour des premiers pourparlers avec le Maroc à Genève, prévus début décembre qui devraient marquer la relance du processus de paix au Sahara Occidental, au point mort depuis 2012, a appris l’APS vendredi de sources proches du dossier.

Le Front Polisario a reçu vendredi une invitation de l’ancien président allemand pour se joindre à ces premières négociations directes prévues les 4 et 5 décembre dans la ville suisse, selon les mêmes sources.

Jeudi, Kohler a informé une délégation du Front Polisario, présente à New York, des démarches qu’il compte entreprendre prochainement pour relancer le processus politique parrainé par l’ONU, y compris l’invitation des deux parties au conflit, pour un nouveau round de négociations directes avant fin 2018.

Lors de son dernier briefing au Conseil de sécurité, tenu en août, le médiateur onusien a promis d’envoyer ces invitations en octobre pour convier les parties au conflit aux premiers pourparlers vers fin novembre ou début décembre.


Lire aussi : Sahara occidental: rencontre Kohler-Hale à New York sur fond de relance des négociations


Kohler a expliqué au Conseil de sécurité que ces premiers pourparlers ont pour objectif de discuter du cadre général qui va servir de base pour les négociations à venir qui, elles, devraient aborder les questions de fond, révèle l’agenda prévisionnel du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre qui a consacré vendredi une note sur les derniers développements concernant le dossier du Sahara Occidental .

Mais " l’étape la plus importante ", selon cette note, serait certainement la réponse donnée par les parties au conflit à ces invitations, rappelant, à ce titre, la disponibilité du Front Polisario à s’engager dans des négociations directes. La partie sahraouie a déjà exprimé cette disponibilité dans une lettre transmise le premier juin au Conseil de sécurité.

L’autre question qui pourrait créer des divergences au sein du Conseil porte sur les recommandations que va présenter le secrétaire général pour rendre le fonctionnement de la Minurso plus efficace.

Un examen indépendant des activités de la Minurso, commandé par le secrétariat général, a été mené juste après le renouvellement du mandat de cette mission onusienne en avril.


Lire aussi : L'objectif des négociations est de garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination (Addouh)


Ses conclusions, qui n’ont pas encore été rendues publiques mais qui seront incluses dans le prochain rapport du secrétaire général sur le Sahara occidental, auraient mis en exergue le rôle joué par la Minurso dans la prévention des conflits au Sahel.

L’audit a conclu qu’un retour aux hostilités en cas de non renouvellement du mandat de la Minurso, coûterait beaucoup plus cher à l’ONU que les 53 millions de dollars qu’elle verse annuellement pour financer le fonctionnement de cette mission.

Ainsi, le Conseil devrait proroger le mandat de la mission de six mois pour exprimer son soutien au plan de l’envoyé personnel pour relancer le processus politique, précise la même source.

L’examen a fait ressortir également la nécessité de moderniser la Minurso qui opère depuis 27 ans de la même manière, en la dotant de moyens technologiques pour mieux surveiller le cessez-le-feu.

La note évoque aussi, les pressions exercées par les Etats-Unis au sein du Conseil de sécurité pour pousser à la reprise des négociations, rappelant le rôle joué par John Bolton, le Conseiller à la sécurité nationale, dans la décision prise en avril de ramener le mandat de la Minurso à six mois.

 

https://www.spsrasd.info/news/es/articles/2018/09/29/17516.html

La ONU invita al Frente POLISARIO y Marruecos a una nueva ronda de conversaciones

SPS 29/09/2018 - 20:28
NEW YORK, 29 de septiembre de 2018(SPS)-. 

El Enviado Personal del Secretario General de las Naciones Unidas para el Sáhara Occidental, Sr. Horst Köhler invitó este viernes al Frente POLISARIO para las conversaciones con Marruecos en Ginebra, programadas para principios de diciembre para reactivar el proceso de paz en el Sahara Occidental, estancado desde 2012.

Durante su última sesión informativa tenida ante el Consejo de Seguridad en agosto, el mediador de la ONU prometió enviar estas invitaciones en octubre para invitar a las partes en conflicto a las primeras conversaciones a fines de noviembre o principios de diciembre.

Köhler informò al Consejo de Seguridad que el propósito de estas primeras conversaciones es discutir el marco general que servirá de base para futuras negociaciones, pero "el paso más importante", sería ciertamente la respuesta que deberán proporcionar las partes en conflicto a estas invitaciones, recordando, como tal, la disposición del Frente POLISARIO para participar en negociaciones directas.. La parte saharaui ya había expresado esta disponibilidad en una carta enviada el 1 de junio al Consejo de Seguridad.

El Frente Polisario recibió este viernes una invitación del ex presidente alemán para unirse a estas primeras negociaciones directas programadas para el 4 y 5 de diciembre en una ciudad suiza.

Son ya Nueve las rondas de conversaciones celebradas entre el POLISARIO y Marruecos, la primera en el verano de 2009, y en la primavera de 2012 la última, la primera de las conversaciones se celebró en Dürnstein (Austria) en agosto de 2009; en diversos condados de Nueva York la segunda (febrero de 2010), tercera (noviembre de 2010), cuarta (diciembre de 2010) y quinta (enero de 2011) ronda de reuniones oficiosas; en Melliha (Malta) la sexta (marzo de 2011), y de nuevo en Manhasset (Nueva York), la séptima (junio de 2011), octava (julio de 2011) y novena (marzo de 2012).

Estas rondas de conversaciones como bien se señala en Informes del SG del 6 de abril de 2010 (Doc. S/2010/175), del 1o. de abril de 2011 (Doc. S/2011/249) y del 5 de abril de 2012 (Doc. S/2012/197) no han registrado avances sustanciales dada la rigidez de posiciones que impedía a las partes aceptar las propuestas de la otra como punto de partida de una negociación que prevea la libre determinación del pueblo del Sáhara Occidental en los términos de la resolución 1754 (2007) del Consejo de Seguridad.

También hay que agregar a esta dificultad la disyuntiva marroquí, su falta de voluntad para negociar y los continuos obstáculos y trabas impuestos en el camino del proceso de paz.SPS 090/099TRAD

Sandro Volpe


Presidente Associazione Ban Slout Larbi
 
Presidente Coordinamento Toscano in sostegno della RASD